Ferrari 312 P Et 312Pb ? C'est Là Que Ça Se Passe !
3 3

51 posts in this topic

Vidéo embarquée lors du Le Mans Classic 2012 à bord de la Ferrari 312 P !  :-*

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça c'est bon...

Jouissif même. :-*

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai failli en renverser ma bière!!! Madré mia que sonido, que bueno!!!!  :o

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

6041619383_8840a4fdc7_b.jpg

 

7574399678_531fe6c0ce_b.jpg

 

La numéro 22 à Sebring en 1970 :

 

4543518460_1f9e5ffb61_o.jpg

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une vidéo intéressante car elle vous dévoile les dessous de la Ferrari 312P :

 

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme l'a suggéré Henri, c'est mieux ici que dans les potins de la F1 :rolleyes:

Avant de replonger dans mes archives, voilà déjà quelques photos de # 0872.

 

img-5322_1.jpg

 

img-7352_1.jpg

 

img-9636_3.jpg

 

img-7686-2.jpg

Edited by Etienne
0

Share this post


Link to post
Share on other sites

312 P concues pour la saison d'endurance 1969, puisque Ferrari avait boudé en 1968; moteur V12 à 60°, 4 ACT, 4 soupapes par cylindre, 450 cv. 

Et dont l'une des caractéristiques les plus amusantes est qu'elles ont eu une très grande longévité, puisque sous une forme assez modifiée elles étaient encore au Mans cinq ans après!

Si on en revient à la saison 1969, à leur volant on a eu rien moins que Mrs Chris Amon, Mario Andretti, Pedro Rodriguez...excusez du peu!

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'une des plus belles voitures jamais fabriquées, une ligne à tomber :wub: :wub: :wub:

 

@+

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vraiment très belle !

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une petite transition pour parler de la "PB", avec "PB" entre guillemets puisqu'officiellement elle s'appelle également "P", mais la presse l'a toujours appelée "PB" pour la distinguer de la "P" en photo ci-dessus...

 

La "P", donc, fut donc l'arme de Ferrari en endurance en 1969, Enzo Ferrari ayant boudé l'endurance en 1968 parce qu'il n'approuvait pas le changement de règlement intervenu à la fin de la saison 1967.

 

La "P" ne gagna pas une seule épreuve, et , avec son moteur 3 litres, fut rendue obsolète par l'apparition de la Porsche 917 et son 12 cylindres de 4,4 litres (bientôt 5 litres).

Ferrari tenta de contrer la 917 en 1970 par la 512, une auto qui ne fut peut-être pas développée comme elle aurait dû l'être, et qui elle aussi ne parvint pas à réaliser son potentiel, d'autant qu'Enzo Ferrari décida de ne plus développer la 512 dès la fin de 1970, quand il fut annoncé un changement de cylindrée pour la saison 1972, et de préparer l'arme absolue pour 1972, année où la cylindrée en endurance serait limitée à 3 litres: ce fut une nouvelle 312 P, celle que l'on appelle presque toujours "PB".

Elle devrait être la dernière Ferrari engagée dans la "première catégorie" en Endurance par l'Usine, et la dernière Ferrari protoype à courir au Mans pour la Scuderia.

 

Cette fois, rien ne fut laissé au hasard pour 1972, et la "PB", équipée du moteur 12 cylindres à 180° (imporprement appelé "Boxer") de la F1 légèrement dégonflé fit une véritable Razzia sur la saison 1972: 10 victoires sur 10 courses disputées, dont la Targa Florio; le seul regret étant que Ferrari décida de ne pas courir au Mans, parce qu'il y avait un doute sur la fiabilité du 12 cylindres sur 24h.

La saison d'endurance de Ferrari en 1972 ressembla à l'ère Todt de la Formule 1: deux équipes de mécanicien distinctes pour s'occuper des huit voitures engagées: quatre autos par course (trois voitures de course + un mulet) alternant chacune une course sur deux.

Un vrai rouleau compresseur, avec Peter Schetty pour manager le tout, et les meilleurs pilotes du moment au volant des 312: Andretti, Ickx, Regazzoni, Peterson, Merzario...avec une superbe victoire de Merario et de Sandro Munari à la Targa Florio. 

1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Puis vint la dernière saison officielle de Ferrari en endurance, 1973, avec les "PB" de 1972 modifiées.

Cette fois-ci, contrairement à 1972, rien ne marcha, sans doute parce que l'usine avait voulu trop bien faire et modifia l'auto plus qu'il n'était nécessaire. 

La précision et l'adhérence du train avant furent dégradées par ces modifications, et la "PB" version 1973 fut dominée par les Matra...sauf au Mans, où Ferrari finit par se décider à aligner la PB.

Il faut se souvenir que 1973 fut une "année terrible" pour Ferrari: échec complet en F1, avec départ de son pilote vedette Jacky Ickx en cours de saison, et échec complet en endurance, avec une voiture qui avait écrasé la discipline l'année précédente.

 

Le Mans, en lequel l'usine n'avait jamais vraiment voulu croire pour la PB, aurait facilement pu être remporté par l'une des trois voitures, au choix, qui, cette fois, avaient la mesure des Matra.

Une voiture fut choisie pour faire "le lièvre", celle d'Arturo Merzario / Carlos Pace (parement verts), qui avaient instruction de foncer sans aucun ménagement: curieusement, ce fut la seule qui termina, 2è, mais très en arrière car retardée en début de course par un réservoir d'essence fendu.

La troisième voiture, celle de Tim Schenken / Carlos Reutemann (parements bleus) devait assurer: c'est pourtant elle qui se retrouva en tête dans la soirée, et jusqu'à deux heures du matin, moment où une bielle se décida à passer au travers du bloc...

La voiture de pointe, celle de Jacky Ickx / Brian Redman (parements jaunes) fut en course pour la victoire jusqu'à une heure et demie de l'arrivée, moment où le moteur, qui avait été fatigué par des ruptures de collecteur d'échappement, décida de rendre l'âme.

 

Ferrari n'avait donc pas démérité au Mans, mais le reste de la saison d'endurance n'avait pas été brillant, et la saison de F1 un véritable cauchemard.

Mauro Forghieri prépara pourtant une nouvelle évolution de la 312 "PB" pour la saison d'endurance 1974. Mais au cours de l'hiver, le nouveau pilote de la Scuderia, Niki Lauda, s'allia avec le nouveau jeune assistant d'Enzo Ferrari, Luca Cordera di Montezemolo (26 ans, à l'époque) pour convaincre Enzo Ferrari que vouloir gagner sur les deux fronts, endurance et F1, n'était pas raisonnable et au-delà des moyens financiers et techniques de l'écurie.

 

Et c'est ainsi que, fin 1973, Enzo Ferrari prit la décision d'abandonner l'endurance; et la Scuderia n'y est jamais revenue depuis dans la catégorie de pointe et avec une équipe d'usine. Les 24h du Mans 1973 restent donc la dernière épreuve d'endurance où la Scuderia s'engagea elle-même dans la catégorie de pointe.

1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour toutes ces précisons ! Pour compléter, on peut se procurer un petit livre très sympa (mais en anglais..), qui s'appelle "WSC Giants - Ferrari 312P 312PB" de Ed McDonough et Peter Collins (homonyme..). Pleins d'infos et de photos d'époque.

 

Quelques images de # 0872

 

chez Eddy Wiss :

502794IMG1611R.jpg

idem :

534959IMG1626R.jpg

idem :

156392IMG1620R.jpg

idem, les pièces de carrosserie de la barquette :

720459IMG1644R.jpg

au museo :

186093IMG3654R.jpg

idem:

754331IMG3648R.jpg

au Mans :

166838IMG7509R.jpg

à Bâle :

192693IMG9652R.jpg

idem :

807575IMG9657R.jpg

idem:

642629IMG9640R.jpg

idem :

896291IMG9329R.jpg

Edited by Etienne
1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les connaisseurs reconnaitrons les technologies des voitures de courses de l'époque, reprise en partie sur nos berlinettes : châssis tubulaire, carter sec, deux réservoirs proches du centre de gravité, doubles triangles superposés etc etc ...

 

@+

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Puis vint la dernière saison officielle de Ferrari en endurance, 1973, avec les "PB" de 1972 modifiées.

Le Mans, en lequel l'usine n'avait jamais vraiment voulu croire pour la PB, aurait facilement pu être remporté par l'une des trois voitures, au choix, qui, cette fois, avaient la mesure des Matra.

Une voiture fut choisie pour faire "le lièvre", celle d'Arturo Merzario / Carlos Pace (parement verts), qui avaient instruction de foncer sans aucun ménagement: curieusement, ce fut la seule qui termina, 2è, mais très en arrière car retardée en début de course par un réservoir d'essence fendu.

La troisième voiture, celle de Tim Schenken / Carlos Reutemann (parements bleus) devait assurer: c'est pourtant elle qui se retrouva en tête dans la soirée, et jusqu'à deux heures du matin, moment où une bielle se décida à passer au travers du bloc...

La voiture de pointe, celle de Jacky Ickx / Brian Redman (parements jaunes) fut en course pour la victoire jusqu'à une heure et demie de l'arrivée, moment où le moteur, qui avait été fatigué par des ruptures de collecteur d'échappement, décida de rendre l'âme.

Sa frangine, Ici dans la version "normale queue courte" à Spa en 2011. Pilotée également par le même duo, mais ce n'est pas la voiture du Mans, qui était # 0892 :

 

590821IMG7444R.jpg

 

582230IMG7443R.jpg

 

450381IMG6716R.jpg

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Suite:

 

829034IMG7015R.jpg

 

900309IMG7035R.jpg

 

606171IMG7044R.jpg

 

396448IMG7190R.jpg

 

914272IMG7198R.jpg

 

672225IMG7204R.jpg

 

894915IMG8262R.jpg

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Etienne,

 

Le nom du pilote est mal orthographié: il devrait être écrit "Arturo" et pas "Arturio"...

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

En voilà un topic qu'il est bien...  :wub:

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Toutafé !!!!  :)

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Etienne,

 

Le nom du pilote est mal orthographié: il devrait être écrit "Arturo" et pas "Arturio"...

Chu pas responsable de tout , quand même :D

J'ai eu le nez dessus, j'ai fait les photos, je les ai visionné un paquet de fois, et tu es le premier à le signaler !

 

Pour l'instant, ce qui me choque le plus, c'est la façon dont s'affiche le titre du topic avec ce mix de majuscules et minuscules :angry:

Edited by Etienne
1

Share this post


Link to post
Share on other sites

# 0882 au Ring avec Monsieur Jacky Ickx au volant.

 

9927101616140R.jpg

 

1771071616152R.jpg

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

De mémoire, il me semble que celle avec laquelle il a le plus gagné c'était 0888, qui a été sa voiture au Mans en 1973 avec son vieux complice Brian Redman (trop souvent passé au second plan, Brian Redman, et pourtant une sacrée pointure...)

Pour ceux que ça intéresse, pas mal d'images - d'époques - de la glorieuse saison 1972 sur un DVD qui s'appelle: "The speed merchants"

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

# 0888 à Spa :

 

 

En 72 :

1ère à Daytona Ickx - Andretti

1ère Brands Hatch Ickx - Andretti

2nde Spa Ickx - Rega'

1ère en Autriche Ickx - Redman

 

En 73 :

3ème à Vallelunga Ickx - Redman

1ère Monza Ickx - Redman

1ère au Ring Ickx - Redman...

 

 

803927IMG0020R.jpg

 

211473IMG0108R.jpg

 

594870IMG0337R.jpg

 

728377IMG0411R.jpg

 

463601IMG0453R.jpg

Edited by Etienne
0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
3 3